ACCUEIL

POURQUOI CE FESTIVAL

SELECTION

PROGRAMME

ORGANISATION
 
 

ARCHIVES

L'HISTOIRE DU CINEMA CHINOIS

PRESSE

CONTACT

PARTENAIRES

 
   
 
 
 

Organisateurs

 

 
 
 
 
 
 
 
     
 

Invités d'honneur 2012

 
 
 
     
 

Alain Delon
Invité d’Honneur
Festival du Cinéma Chinois en France – IIème édition

 

Né le 8 novembre 1935 à Sceaux.

 

C'est en 1957 qu'Alain Delon tourne «Quand la femme s'en mêle», sous la direction d'Yves Allégret qui marque le début d'une carrière longue de 87 films, sous l'égide des plus grands metteurs en scène, d'Antonioni à Melville, en passant par Visconti, Clément, Verneuil, Malle, Losey pour n'en citer que quelques uns.

 

En 1958, lors du tournage de «Christine», Alain Delon fait la connaissance de Romy Schneider. Deux ans plus tard, c'est avec elle et sous la direction de Visconti, qu'il joue pour la première fois sur une scène de théâtre. La pièce, «Dommage qu'elle soit une putain», écrite par John Ford, tient l'affiche durant plus de 8 mois.

 

Il accède au rang de star du cinéma en 1960,

 

sous  la direction de René Clément, avec «Plein Soleil», adapté du roman «Monsieur Ripley» de Patricia Highsmith, suivi en 1961 de «Rocco et ses frères», de Visconti qui remporte le Prix Spécial du Jury au Festival de Venise.

 

Entre 1962 et 1963 trois des films dans lesquels il tourne se voient décerner les plus hautes récompenses: «L'Eclipse» d'Antonioni remporte le Prix Spécial du Jury au Festival de Cannes, l'année suivante «Le Guépard» de Visconti obtient la Palme d'Or de ce même festival, enfin, «Mélodie en sous-sol», sous la direction de Verneuil, est récompensé aux Etats Unis par le «Golden Globe» du meilleur film en langue étrangère. C'est lors du tournage de ce grand classique policier qu'Alain Delon fait la connaissance de Jean Gabin.

 

Peu avant «La tulipe noire», Alain Delon rencontre Francine Canovas qu'il épousera et avec laquelle, en 1964, il aura un fils, Anthony. En 1967 le couple Delon tourne «Le Samouraï», de Melville, avant de divorcer en 1968.

 

Toujours en 1968 Alain Delon fait une nouvelle apparition très remarquée au théâtre avec la pièce de son ami Jean Cau «Les yeux crevés». Mais les événements de mai font que ce succès ne s'étend qu'à 22 représentations avant que le théâtre ne ferme ses portes.

 

Après s'être essayé une première fois à la production en 1964, avec «L'insoumis», Alain Delon s'engage dès 1968 de manière intensive dans cette activité, produisant 26 films:

 

De «Jeff», fin 1968, à «Dancing machine» en 1990, en passant par «Borsalino», «Madly», «Doucement les basses», «Le Professeur», «Big Guns», «Deux hommes dans la ville», «Borsalino and Co», «Le Gitan» réalisé par J. Giovanni, «Flic Story» adapté du livre de Roger Borniche, «Comme un boomerang» dont il co-écrit le scénario avec J. Giovanni, «Le Gang», «Armaguedon», «L'homme pressé», «Mort d'un pourri», «Attention les enfants regardent», «Le Toubib», «Trois hommes à abattre», «Parole de flic», «Le passage», «Ne réveillez pas un flic qui dort».

 

En 1976, Alain Delon confie à J. Losey la réalisation de «M. Klein» récompensé l'année suivante par trois «César» (film, réalisateur, décors).

Pour «Le Battant» et «Pour la peau d'un flic» il cumule le statut de producteur et celui de réalisateur.

 

C'est en 1985 qu'Alain Delon reçoit le «César» du meilleur acteur pour son film «Notre Histoire» sous la direction de Bertrand Blier.

 

En 1987 Alain Delon interprète la chanson «Comme au Cinéma» qui fait l'objet d'un clip vidéo et d'une tournée promotionnelle durant laquelle il fait la connaissance de Rosalie van Breemen qui devient sa compagne et lui donne deux enfants, Anouchka et Alain-Fabien.

 

Près de trente ans après «Les yeux crevés», il remonte sur scène en 1996, avec «Variations énigmatiques» d'Eric-Emmanuel Schmitt au Théâtre Marigny à Paris.

 

En 1998, il retrouve Jean Paul Belmondo pour le film de Patrice Leconte, «Une chance sur deux», avec Vanessa Paradis.

 

Bien qu'ayant annoncé qu'il mettait un terme à sa carrière cinématographique, il accepte, en 1999, de figurer dans le film de Bertrand Blier, «les Acteurs», dans le cours duquel il rend hommage à Gabin, Ventura, Bourvil, Montand, Signoret et de Funès.

 

En 2001, quatorze ans après «Cinéma» avec Edwige Feuillère, Alain Delon renoue avec la télévision pour la trilogie marseillaise de Jean Claude Izzo, «Fabio Montale» pour TF1, puis, en 2003, avec la série «Frank Riva» et avec l'adaptation du roman de Kessel «Le Lion». En 2004 il tourne 3 nouveaux épisodes de «Frank Riva» qui seront diffusés à la fin 2004 et au début 2005 pour France 2.

 

C'est en octobre 2004 qu'il retrouve la scène pour 100 représentations dans «Les Montagnes Russes», une pièce de Eric Assous, au théâtre Marigny, avec Astrid Veillon.

 

En été 2006 il tourne en Espagne dans la super production de Thomas Langman, "Astérix aux Jeux Olympiques", mise en scène par Frédéric Forestier dans laquelle il incarne Jules César. A ses côtés on trouve entre autres Gérard Depardieu, Clovis Cornillac, Benoît Poelvoorde, Jean Pierre Cassel et Stéphane Rousseau.

 

Dès l'automne 2006 il travaille avec Mireille Darc à la préparation de la pièce "Sur la Route de Madison", adaptée de l'oeuvre de Robert James Waller. Une adaptation cinématographique réalisée par Clint Eastwood, avait connu un grand succès en 1995, avec dans les rôles principaux, Clint Eastwood et Meryl Streep. Mireille et Alain reprennent ces rôles magnifiques et joueront cette pièce mise en scène par Anne Bourgeois (qui avait déjà mis en scène "Les Montagnes Russes"), début 2007, au théâtre Marigny à Paris. En novembre 2008 il joue aux côtés de Anouk Aimée 20 représentations exceptionnelles de LOVE LETTERS au Théâtre de la Madeleine.

 

A l’automne 2010 il renoue avec le théâtre sur la scène des Bouffes Parisiens pour donner la réplique à sa fille Anouchka dans la pièce écrite par Eric Assous « une journée ordinaire » et mise en scène par Jean-Luc Moreau.

 

Hormis sa phénoménale carrière d'acteur, Alain Delon consacre également son énergie à d'autres activités.

 

Il crée en 1978 sa propre marque et constitue à Genève la société «Alain Delon Diffusion SA». Son premier parfum, «AD», connaît immédiatement un grand succès commercial. Il est suivi en 1981 d'une fragrance pour femme «Le Temps d'Aimer». Ces deux lignes, après avoir connu un immense succès pendant plus de 20 ans, ont été remplacées par d'autres fragrances, telles que «Samouraï» qui fait partie des «Top 5 best sellers» au Japon, «Samouraï Woman», «Shogun» ou encore «Samouraï Woman Pinkberry». Le champagne, le cognac, les montres, les lunettes, le vestimentaire et les accessoires viennent progressivement compléter sa griffe.

 

 
     
     
     


 

 

 Festival du cinéma chinois en France (FCCF)

 
Copyright ©  Festival du cinéma chinois en France (FCCF), Tous Droits Réservés